Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2011

Le matin

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », dit-on. Tout commence à la renaissance du jour. S’endormir sur quelques pages de l’ « introduction à la psychanalyse » du grand Sigmund, les questions d’un ami portant sur le statut d’autoentrepreneur, des copies à corriger, les phrases et images des femmes de ma vie, le « coup de gueule » d’un juge  d’instruction contre  le « pipot » présidentiel.  Se réveiller en découvrant que le Droit peut se nourrir des apports de la psychanalyse, qu’un acte juridique peut être manqué.

Dans la cuisine, les images se bousculent et finissent par se théâtraliser.

Une fille de 6 ans dessine  en premier plan sa maison et sa mère, toutes deux immenses, et loin derrière, un minuscule papa.

Comme un « Oedipe inversé ».

L’arôme du café, le programme du jour, et tous ces petits objectifs à atteindre, m’éloignent de cette « voie royale qui mène à l’inconscient ».

Le rêve s’achève sur l’idée que la structure familiale de Vienne du XIXème siècle n’a peut être plus grand chose en commun avec ces « familles recomposées » ou « monoparentales » d’aujourd’hui.

« Dont’ worry, be happy…. Never complain, never give up. »

Publicités

Read Full Post »

Merci théâtre !

Sortir de sa tour d’ivoire, d’une relation statutaire figée, d’une reconnaissance sociale conventionnelle.   Seul, isolé, comme vidé de l’intérieur pour avoir tout donné.

Traverser la rue, entrer dans un café et se placer au bout du comptoir, tel un enfant perdu qui découvre un monde qui lui échappe.

Frapper à la porte d’un voisin qui comprend que « mieux vaut remplir son âme que son portefeuille » et ouvre les portes du théâtre.

Un nouveau jeu prend naissance, un espace de liberté dans lequel peut s’exprimer l’être alors en quête d’une enfance perdue.

Se défaire d’une armure fissurée, trop lourde à porter.

Ombre et lumière, regards, gestuelle et voix se mélangent pour créer une alchimie salvatrice.

Les bras s’expriment et cherchent un lien, se baissent enfin lorsque le corps s’ancre dans le présent de la scène.

Le silence s’exprime aussi. Gêne, tristesse, solennité. Tout peut être dit un instant, sans rien dire.

Se mettre en scène, sans obscénité.

Improviser en se laissant porter par son propre souffle ou rechercher l’esprit de l’auteur dans la comédie.

Le théâtre est une école de la vie.

Read Full Post »

http://www.maitre-eolas.fr/post/2011/02/04/Les-petits-interpr%C3%A8tes

Read Full Post »